on recommence…

je vois le printemps je sens déjà l’été je perçois l’avenir du monde dans la paume de ma main je ne suis pas encore totalement fou ne suis qu’une parcelle de vie dans un océan de mort

j’invente le pluriel de l’esprit dans la singularité de l’âme
j’ouvre le destin comme une boîte de souvenirs

je fouille

n’y trouve qu’un portrait de moi
vieillard

Commentaire (1)

  1. Vincent a écrit:

    merci, nous savons que nous sommes pas seul.

    mardi, 28 décembre 2010 à 03:57 #