à tâtons…

Vivre c’est être en infraction.
À une règle ou à une autre règle.
Il n’y a pas d’alternatives:
ne rien enfreindre, c’est être mort.

La réalité est infraction.
L’irréalité l’est aussi.
Entre les deux flue un fleuve de miroirs
qui ne figure sur aucune carte.

Dans ce fleuve toutes les règles se diluent,
Toute infraction devient un autre miroir.

– Roberto Juarroz
Quatorzième poésie verticale – extrait

Commentaires (4)

  1. Pat B a écrit:

    Plutôt que de sortir du bois, mieux vaut s’y perdre?

    samedi, 17 juin 2006 à 13:43 #
  2. Perrasite a écrit:

    Dieu Diesel remonte ici le courant à grand coup de pagaie métaphorique. Puisse-t-il remonter jusqu’à la source de ce fleuve chaotique. Sera-t-il « The One » ? J’aime me « booster » de Tonic Tremblay avant de sauter à travers la glace.

    samedi, 17 juin 2006 à 13:59 #
  3. tony tremblay a écrit:

    Pat B: non, je crois que selon la «logique» de Juarroz, plus tu cherches la sortie du bois, plus tu t’y perds jusqu’à ce que n’y pouvant plus tu désespères et abandonnes, alors là tu trouves la sortie, mais pour ensuite mieux te perdre ailleurs et ainsi de suite.

    Perrasite: mon vieux j’aime bien l’expression choisie: «Dieu Diesel remonte ici le courant à grand coup de pagaie métaphorique. Puisse-t-il remonter jusqu’à la source de ce fleuve chaotique.»

    et en plus, il semblerait que je suis pas pire avec du gin…

    samedi, 17 juin 2006 à 17:12 #
  4. Perrasite a écrit:

    Et bien, cher ami, j’attends toujours le moment propice pour brasser les cartes avec vous. Gin ! (et le boire ce foutu gin !)

    samedi, 17 juin 2006 à 22:02 #