bientôt

relâcherai la prise de ma main
sur le monde enflé de paix

lorsque j’aurai dormi
le soleil et les étoiles

il n’y aura plus qu’à mourir
de la saison qui s’évade