la mort du poète national

l’hiver se met à fondre le temps s’empoussière
jamais d’instant pour revenir sur soi
que de la demande de l’offre du commerce et du vide
pour ternir l’existence devenir vil et méchant

non il n’y aura pas
de nation pour
le poème