feux de lune (païenne prière de saison)

la Terre se disloque
le claquement de ma langue
son dernier soubresaut

dans ces conditions
puisse ne jamais se produire
ce qui m’inciterait alors
à fondre

bustes d’orgueils
montés pour fuir
que la saison des restes
empêche de vous
enduir du poison
des arbres

puisse la lune dans la feuille
mourir dans la pupille
du monde dans le coeur
de celui qui voit

puissent les mots
ne plus jamais suffire
à induire le réel
en néant

que jamais ce qui nous unit
ne nous abatte
de la foudre des aveugles

alors là
pour enfin dormir
dans ce monde attendu

Commentaires (2)

  1. Nancy a écrit:

    Voici le commentaire qui ne passait pas hier dans le ciel de dieu diesel…

    Purée!! As-tu reçu sur la tête un fuseau lumineux
    Du type qui fractionne les plafonds en deux parties égales ?
    L’image qu’il m’est resté après cette lecture. C’est celle du poète qui tord au maximum le noirceur des temps présent et réussit par je ne sais quel miracle, à en extirper des gouttes d’espoir.
    Purée!! As-tu reçu sur la tête un fuseau lumineux
    Du type qui fractionne les plafonds en deux parties égales ?

    Nancy

    L’image qu’il me reste après lecture. C’est celle du poète qui tord au maximum le noirceur des temps présent et réussi par, je ne sais quel miracle, en extirper des gouttes d’espoir.

    Innée

    Mine de rien en te lisant un goût de vodka m’est monté en bouche Oh! Oh !
    – Cette dernière observation est écrite par cette autre partie en moi qui fait
    que je ne suis pas de ma faute :O) –

    P.S: Imagine j’ai écrit cela avant de savoir que j’allais avoir une voix d’outre tombe ce matin.
    Mdr Deux Tremblay en une seule soirée c’est trop. J’ai pu l’âge pour ça. mdr
    Bonnes vacances cher ami.

    vendredi, 13 juillet 2007 à 07:45 #
  2. Nancy a écrit:

    Ce matin tu viens de vivre un grand transfère sur mon blog.
    Tu te retrouve avec tes « pétits n’amis » Lagreffe et Coyote dans la catégorie :  » Chuuut fait dodo !  »
    Toé too tu mérites inque çâ ! mdr

    Innée

    P.S: C’est beau un homme quand ça vieillit.

    (Ici en écho mon grand rire légendaire)

    mardi, 21 août 2007 à 18:26 #