« un vrai héros américain » (la dérive)

dérive l’amérique
les prophéties du mensonge
conquérant les âmes
le consommateur damné
dans l’abysse des corridors
des magasins interminables
d’une bureaucratie hybride

dérive le continent
l’espace intime des serpents
ces villes contagieuses
battent la cadence sous les rues
vibrent d’une onde délétère
ça asservit le regard frais
limite l’étirement des gestes
quand les fleuves meurent

en amérique
dans l’horizon
réside la perte
le pays d’abondance
le sort jeté
les consciences abruties
le

sang

qui

coule

nos derniers dollars

Commentaires (4)

  1. Nezar a écrit:

    c’est vrai que ces 8 dernières années nous laissent un peu tous amer. J’ose espérer que le prochain Président saura mieux guider les EUA et le reste des démocracie libérales… Un optimiste réaliste est de mise…

    mardi, 5 février 2008 à 11:33 #
  2. marmel a écrit:

    On dirait que tu as vu le dernier Rambo!

    mardi, 5 février 2008 à 17:50 #
  3. Mistral a écrit:

    C’est beau, Tremblay…

    vendredi, 8 février 2008 à 02:35 #
  4. tony tremblay a écrit:

    salutations
    monsieur mistral

    et les autres

    vendredi, 8 février 2008 à 06:51 #