adieu monsieur Bashung…

…car oui, Alain Bashung est décédé des suites d’un cancer du poumon aujourd’hui, samedi, à l’hôpital entouré des siens…

Non, je ne veux pas nécessairement que ce blogue ne devienne plus qu’une chronique nécrologique sans fin, mais là, c’est difficile de se taire, ne serait-ce que pour rendre hommage en quelques mots à ce grand et sombre magicien de la chanson rock…

J’ai eu la chance de le voir deux fois en spectacle ici à Montréal, et ses chansons me touchaient particulièrement.

Il était un musicien attentif qui savait reconnaître le génie de ses collaborateurs (les paroliers Boris Bergman et Jean Fauque, entre autres) qui ont su lui donner un univers étrange mais convaincant qui a permis à Bashung de créer et d’édifier l’aura sombre de son personnage plus grand que nature. Bashung était aussi et surtout, un interprète de génie au charisme intense et un personnage qui en imposait sur scène, d’une manière bien à lui, avec l’index et le majeur de sa main gauche toujours pointés vers les images qu’il savait semer dans nos têtes.

Et cette voix… ce tremolo qui exprimait une tristesse infinie…

Bashung a su me toucher, et en a touché des millions d’autres. Juste pour ça, déjà, je lui en dois une.

Merci, monsieur Bashung.