abusives questions existentielles

Que devient-on sans les béquilles que nous nous donnons pour tenter d’assumer ce que nous sommes vraiment en notre liberté originelle?

Que sommes-nous sans l’argent et l’apparence, sans le clinquant et l’envie, le cynisme et le nombril?

Existerions-nous sans nos chaînes, sans le vide de l’attente, sans les gratifications consenties, la satisfaction immédiate, et les alcools forts?

Serait-ce possible de se définir en dehors de tout cela?

Commentaires (4)

  1. Nora Gune a écrit:

    freedom being?

    dimanche, 23 janvier 2011 à 07:14 #
  2. DAVE ID a écrit:

    Impossible de se defenir en dela de tout parce que c’est l’en dela qui nous defini.

    lundi, 24 janvier 2011 à 17:05 #
  3. Vincent a écrit:

    à force de courage, oui

    mardi, 1 février 2011 à 18:42 #
  4. Suzanne M. a écrit:

    Oui. Plusieurs vivent sans tout ça, le clinquant et l’inutile

    dimanche, 6 mars 2011 à 09:06 #