« Le poète n’a que faire d’un statut social. »
Yves Boisvert (1950 – 2012)

Y en a qui préfèrent être des professeurs, ça les regarde, d’autres préfèrent travailler seuls, ça les regarde encore, ça n’arrête pas de les regarder, mais on est pas obligés de faire comme eux… 

Il n’était pas professeur, ni astronaute, ni premier ministre, ni assisté social, ni rockeur. Il écrivait. Il était l’écriture. L’état d’écrire. L’intégrité de l’écriture. L’incarnation de l’écriture jusque dans le souffle, le ton, et la manière.

Je n’ai rien à voir avec ce que j’écris, le général n’est pas universel, je ne suis pas le rockeur que je n’ai jamais été, j’ai volé au Canada ce que le Canada m’a volé. Je tais ce que je sais car il existe au moins quelque part un cocu qui rêve de m’abattre dans une ruelle…

Boisvert Yves, écrivain amériquois résistant atteint de souffle, d’amour fou de la vie, poète radical du pays aliéné, ne faisait jamais comme personne, jusque dans la mort, parti beaucoup trop vite un peu avant Noël de l’an 2012, laissant dans le deuil une partie de la famille de la parole libre, en avait toujours eu contre les pourfendeurs de rêves et les administrateurs du réel.

C’est la lecture de Gardez tout (1987) qui m’a d’abord révélé Boisvert et ses questionnements implacables, ses hallucinantes descriptions de la pure menace des accableurs tracassiers, quand le deux de pique tord la langue pour en extirper un monde qui dérange, révélateur inquiet anxieux, drôle, intelligent, lucide presque jusqu’à la paranoïa, des abus de la réalité.

Un jour, d’excès d’usage, le germe sourcera / les lignes de la main du dernier venu avec ses fluorescences vitreuses qui, de la paume à l’épaule défrichent et drainent / le poitrail du souffle déconquis / le poitrail à l’éclipse s’ouvrant / le poitrail exact, intact. Coulées montant par battues en brèches, essouchant demain / l’unique état de la peau / apache souveraine seule.

J’ai l’impression d’avoir perdu un grand frère…Yves Boisvert a été important pour moi comme poète, acceptant de lire mon premier manuscrit, y ajoutant nombre d’annotations qui m’ont été précieuses ensuite. La poésie de Boisvert m’a aidé à découvrir le poème qui était en moi, m’a montré un monde cruel et tendre, rugueux et familier. Dès les premiers instants où je l’ai lu, j’ai su qu’il était de ma famille de mots et de monde.

J’ai été atteint au plexus par cette parole franche, sans compromis, que j’ai retrouvée dans tous ses livres.

Je frappe avec l’accablement du logicien qu’on trompe, avec l’ampleur de celui qui chasse des guêpes, avec la force de la méchanceté qui pleure, avec la fatigue du lutteur qui achève le tueur, avec l’humeur d’un rat à qui l’on vole la cage…

Je ne m’en suis pas encore remis. Grand bien m’en fasse. Repose en paix, pirate.


(Texte également paru dans la revue Estuaire #152)