Archives par catégorie: humeur

Ces derniers temps j’ai peur du jour qui se lève…

trembler

les tremblements
à l’orée de soi quand
seul à comprendre ce qui
se déconstruit
les ténèbres recouvrent
la beauté du monde
la peur
le chemin derrière
s’effacent à mesure
de l’engagement
d’être ce que je suis
libre

taxidermie

Les taxidermistes du vide ne conduiront plus notre destin.
– Gilbert Langevin

ce qui commence

arriver à ce qui commence
perdre usage de ce
fol langage ne plus pleurer
l’exagération du spasme l’heure est
grave les édifices s’écroulent tu
n’as plus la même voix
mon amour pour crier combien la vie
est douce hors de ce chaos
les cœurs explosent en
amas de pierres grises les jours
s’allongent de plus d’une année
nous perdons l’usage du temps
et les loups hurlent la fin
de l’etreinte quand
les [...]

jusqu’à ce que les os se dissolvent

la cigarette sent le steak au poivre noir
le fond de whisky goûte l’eau de javel
dehors il pleut des lampadaires mal lunés
et je n’ai rien d’autre envie de faire
que de chialer
jusqu’à ce que les os se dissolvent
et qu’on change de poste
– José Acquelin
extrait de Tout va rien, Éditions de l’Hexagone, 1987, p.62

sans bon sens

Je ne reconnais plus
le monde comme il a changé
les mots ne concordent
plus aucune vie
ne résonne maintenant
de la bonne vibration
jeune femme courte de vue
tu ne m’auras
pas appris le verbe aimer
si tu prétends tout
savoir du rien
que tu sembles connaître
il n’y a pas longtemps encore
j’ai perdu mes repères d’homme
ce qui me faisait en mon coeur
me définissait en toute [...]

La paix

Dans les situations extrêmes,
l’univers entier devient notre ennemi.
Dans des moments aussi graves,
l’unité de l’esprit et de la technique
est essentielle.
ne laissez pas votre coeur chavirer.
À l’instant
Où le guerrier
Affronte un ennemi,
Toutes les choses
Deviennent claires.
Même défié
Par un seul adversaire,
Restez en garde,
car toujours vous êtes encerclé
Par une horde d’ennemis.
L’Art de la Paix,
c’est de remplir ce qui est vide.
– Morihei [...]

ça presse

Je suis fatigué. J’en ai ras le ponpon. J’en ai marre.
Comment en sommes-nous arrivés à un tel de dégré de déroute?  Comment des êtres supposément sensés ont pu, sans être gravement détachés d’eux-mêmes et de ce qui les lie à la terre, donner leur accord à une telle perte de contrôle, une telle déshumanisation, une [...]

nos sens emmurés dans de sordides images de monstres

les éternels retours les saisons dans ta bouche tous les printemps qui te sortent des pores tant de douleur dans le monde la peur du poème dans le siècle qui n’en finit plus de mourir de se mirer dans son miroir psychosé
jusqu’où devra-t-on tolérer la brutalité de nos sens emmurés dans de sordides images de [...]

perdus

nous sommes entrés dans l’ère de l’ombre
quand les mots ne savent que dire la fin du monde
jamais de la même manière