Archives par catégorie: poésie

images de monstres 3

nos visages
émaciés burinés par la haine
des siècles de guerres
de tortures de peurs
à nourrir les maîtres du monde
dans la plus pure folie
de la perte de contrôle
nos mains
coupables horribles complices
exécutrices des basses besognes
pour empêcher
l’aube
nos yeux
incapables de voir
la lumière
nos bouches
muettes devant l’abject
nos regrets
inévitables

images de monstres 2

invisible
voix tremblante
tu exacerbes
ta disparition
tu n’es
plus qu’une ombre
si d’aventure
l’affrontement te fait peur
tu tomberas
***
de vous
nous exigeons une
absolue absorption
un doux flétrissement
cathode reliée
à la moëlle épinière
pour inoculer le poison

images de monstres 1

je suis la matière la lumière
l’immanente vérité planante
au dessus d’âmes lampes naufragères
je suis la misère et le triste
entre la joie et la mort
craignez mon regard
je suis toutes vos croyances
vos renoncements
tous ces soleils ratés
pendant l’enfance des yeux
je pleure l’argument
la rugueuse nécessité
l’amour et ces mains qui courent
les corps s’effritent sous leurs doigts
je suis le dernier le premier
colonisateur de […]

tristesse

tant de tristesse
sans toi pour me
rappeler que
c’est ça le
bonheur

black out (sans s’en rendre compte)

je n’ai plus de sens
autrement qu’en
dehors des codes
de l’aberration
d’où je saigne
de ma langue
coupée on l’aurait
perdue sans
s’en rendre
compte en
rentrant à la
maison

heureux

ce bonheur
au bout de ce mince fil
désespoir

« L’amour est un puits dans une cathédrale. »
– Francis Picabia

je t’entends me parler à travers la nuit la ville sourde les défilements d’étoiles la peur de ne plus jamais être capable de respirer de mourir là drette là comme un animal abattu  je t’entends à travers le sang la planète le coeur d’une profanation ce qui autrefois faisait de moi un puits dans une […]

trembler

les tremblements
à l’orée de soi quand
seul à comprendre ce qui
se déconstruit
les ténèbres recouvrent
la beauté du monde
la peur
le chemin derrière
s’effacent à mesure
de l’engagement
d’être ce que je suis
libre

taxidermie

Les taxidermistes du vide ne conduiront plus notre destin.
– Gilbert Langevin

Objets étranges – Archives 1991

Expérimentations retrouvées aujourd’hui dans mes papiers. Textes «calligrammes» (sauf un) rédigés au printemps 1991.